Actions culturelles

Formation

La transmission et la formation sont des endroits qui me passionnent depuis longtemps. C’est un travail que j’ai mené durant plusieurs années au Théâtre National de Bretagne et que je poursuis au Théâtre National de Strasbourg depuis que j’y suis artiste associée : j’y ai monté, avec les élèves de troisième année, en 2015/16, l’Homme et la Masse d’Ernst Toller et, avec ceux de première année, en 2017, Heiner Müller- une écriture de la catastrophe. Depuis 2016, je suis régulièrement membre du jury pour les concours de recrutement des élèves comédiens, scénographes /costumiers. En 2019, j’ai en plus participé au concours de recrutement pour les élèves régisseurs.

En 2017, j’ai animé un stage de six semaines sur Heiner Müller à l’école supérieure du Studio d’Asnières à l’issue duquel nous avons, avec les apprentis comédiens, fait une présentation publique des Récits autobiographiques. En 2018 et 2019, je participé aussi au recrutement des apprentis comédiens du Studio d’Asnières.

Former de jeunes acteurs, scénographes ou régisseurs me permet de les faire participer à mes spectacles. Dans certaines de mes mises en scène, j’ai pris notamment des élèves comédiens sortant de l’école du TNB, du TNS et du Conservatoire de Liège.

Ateliers de pratique artistique

Après avoir fait une résidence au Lycée de Retiers, autour du Banquet de Platon en 2014, j’ai continué à faire des rencontres et des ateliers dans des lycées géographiquement éloignés des lieux culturels. Ainsi, par exemple, avec le Théâtre de la Colline s’est mis en place, en 2015, dans le cadre d’Education et Proximité, de nombreux ateliers autour du spectacle Hinkemann, ainsi que des ateliers de pratique et de réécriture sur le thème de la réappropriation de la mémoire à partir des récits de la guerre 14/18 avec un croisement des classes de troisième et de seconde. En 2016, autour des Liaisons dangereuses, des ateliers sur la scénographie et la réalisation des costumes ont eu lieu, par exemple aux Beaux-arts de Rennes et avec certaines classes de BTS afin de leur faire découvrir l’univers du costume et les métiers du théâtre. En 2017, autour de Baal, se sont mis en place des ateliers sur les écrits et les poésies de jeunesse de Brecht au TNB et à la Colline. Cette même année, j’ai été membre du jury pour le recrutement des jeunes acteurs issus de la diversité au TNS et à La Colline.

Les années à venir vont me permettre de construire de nouvelles actions autour de mes projets artistiques avec les partenaires parisiens et franciliens. Autour de ma future création, L’Eden Cinéma de Marguerite Duras,  je souhaite mettre en place un partenariat avec un lycée afin d’explorer l’écriture et l’univers de l’auteur. De plus, je souhaite continuer mes échanges avec les classes de Master arts-du-spectacles de l’université Paris VIII et avec les étudiants de la « New York University/Paris », en lien avec Martial Poirson avec lequel j’ai déjà fait diverses rencontres et entretiens.

Je porte un intérêt particulier aux femmes en difficultés, en souffrance et pour lesquelles le théâtre est un objet très lointain voire inexistant. Afin de poursuivre le travail que j’ai mené auparavant à la prison des femmes de Rennes, je souhaiterais continuer à rencontrer des associations de femmes en difficultés comme je l’ai fait, par exemple à Strasbourg avec les associations SOS Femmes et Femmes de talents. Pour ces femmes, j’ai imaginé tout un parcours théâtral autour des spectacles que j’ai présentés : ateliers ; visite du plateau, des décors, des coulisses, des loges ; rencontres avec la costumière, les acteurs ; venue au spectacle, rencontre après le spectacle. J’ai également fait ce travail avec une association à Strasbourg s’occupant de jeunes hommes en cours de désintoxication.

De plus, je désire continuer les partenariats avec diverses institutions culturelles, comme celui que la compagnie à fait, en 2015, avec le musée du MAJH à Paris, où un comédien de ma compagnie, Manuel Garcie-Kilian, y a fait plusieurs lectures sur les écrits autobiographiques d’Ernst Toller.

Actions en direction du public

Je souhaite continuer à faire des colloques comme je l’ai fait auparavant avec Laure Adler sur Duras, avec Sylvie Martin Lahamanie autour de la journée de la femme, avec l’association Théâtre et Psychanalyse – L’envers de Paris autour de « l’écriture au féminin »… De certains de ces colloques ont émergé des articles que j’ai écrits dans le magasine « Alternatives Théâtrales » (numéro 129 en août 2016) et dans le dernier exemplaire de « Théâtre et Psychanalyse» (paru à l’automne 2016).

Je désire continuer à faire découvrir des œuvres cinématographiques autour de mes spectacles, comme je l’ai fait dernièrement avec la projection des Liaisons dangereuses de Vadim, de Tous ceux qui m’aiment prendrons le train en hommage à Patrice Chéreau et du Baal de Volker Schlöndorff. Ces rencontres dans divers cinémas permettent de dialoguer avec des publics et de les sensibiliser au théâtre.

Avec Radio France, je souhaite poursuivre le travail que j’ai déjà amorcé (enregistrement d’Hiroshima mon amour, des Evidences Nocturnes, de La Vénus à la fourrure ; adaptations des textes de George Bataille, de Casanova…) afin de toucher un public plus large.

Edition

Après avoir été éditée aux Solitaires Intempestifs pour mes adaptations de : La Philosophie dans le boudoir de Sade, La Venus à la fourrure de Sacher Masoch et les Liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos, je souhaite poursuivre ma collaboration avec cette maison d’édition afin de faire paraître mes futures adaptations. D’autre part, grâce au travail que j’ai fait sur Ernst Toller, les pièces Hinkemann et L’Homme et la Masse ont fait l’objet d’une parution à l’Avant-Scène Théâtre en 2015. De même, la mise en scène de Baal (1919) de Bertolt Brecht a permis l’édition à l’Arche de la traduction d’Eloi Recoing, en 2017.

Christine Letailleur