Baal

de Bertolt Brecht

« Cette pièce traite de l’histoire banale d’un homme qui, dans un débit de boissons, chante un hymne à l’été, pour un public qu’il n’a pas choisi. […] L’homme n’est pas un poète particulièrement moderne. Baal est plutôt gâté par la nature. Il faut savoir que, jusqu’à sa trentième année, il a mené une vie irréprochable. Il est contemporain de qui montera cette pièce. C’est le crâne fâcheux de Socrate et de Verlaine. À l’attention des comédiens tentés par l’extrême quand ils ne s’en sortent pas avec la médiocrité : Baal est une nature ni particulièrement comique ni particulièrement tragique. Il a le sérieux de la bête. […] La pièce n’est pas l’histoire d’un épisode ni de plusieurs mais celle d’une vie. À l’origine, elle s’appelait : “Baal bouffe ! Baal danse ! ! Baal se transfigure ! ! ! » Bertolt Brecht en exergue de Baal (1919)

Voir la fiche du spectacle

Création 2017

Création 2015 – 2016

Les liaisons dangereuses

de Pierre Choderlos de Laclos

« Pour vous autres hommes, les défaites ne sont que des succès de moins ; vous pouvez resserrer ou rompre les liens de l’amour à votre guise ; votre seul malheur est de ne point gagner. Dans cette partie inégale, notre fortune, à nous femmes, est de ne pas perdre et, sans cesse, nous devons faire preuve de talent, de perspicacité, de ruse pour y arriver et surmonter bien des obstacles » La marquise de Merteuil in Les Liaisons dangereuses.

Voir la fiche du spectacle

Hinkemann

d’Ernst Toller
traduit par Huguette et René Radrizzani

« Au mur de ma cellule tremblotent des éclats de lumière de soleil. Deux taches rondes comme des œufs se forment – comment l’homme, que la guerre a châtré, verrait-il la vie, l’homme saint n’est-il pas frappé de cécité ? Quelques minutes plus tard, j’écrivis le récit de mon drame, Hinkemann. » Ernst Toller in Une jeunesse en Allemagne

Voir la fiche du spectacle

Création 2014-2015

Création 2013

Phèdre

d’après Phaidra de Yannis Ritsos
traduction Anne Personnaz

« Je ne savais pas d’abord de lui (Ritsos) qu’il était le plus grand poète vivant de ce temps qui est le nôtre. Je l’ai appris par étapes, d’un poème à l’autre, j’allais dire, d’un secret à l’autre. » Aragon

Voir la fiche du spectacle

Le banquet

d’après Platon
traduction Luc Brisson

« C’est lui, Eros, qui produit la paix chez les humains… C’est lui, Eros, qui produit le calme sur la mer… C’est lui Eros qui produit le clapotis sur les vaguelettes… Pas de souffle, vents couchés, et la peine s’endort… Oh ! Eros, Eros…  » Agathon in Le Banquet

Voir la fiche du spectacle

Création 2012 – 2014

Création 2010

Le Château de Wetterstein

de Frank Wedekind
traduction Jean-Louis Besson

« Et si je me mettais en tête de rejeter énergiquement, d’un seul coup, toutes ces considérations de classe ? Et si je décidais de ne plus m’acharner à épouser quelqu’un de notre condition, quelqu’un de notre rang ? Et si je décidais tout simplement d’en finir avec cette vie de jeune fille, cette vie stupide de jeune fille » Effie in Le Château de Wetterstein

Voir la fiche du spectacle

Hiroshima, mon amour

de Marguerite Duras

« Quatre fois au musée à Hiroshima. J’ai regardé les gens. J’ai regardé moi-même pensivement, le fer. Le fer brûlé. Le fer brisé, le fer devenu vulnérable comme la chair. J’ai vu des capsules en bouquet : qui y aurait pensé ? Des peaux humaines flottantes, survivantes, encore dans la fraîcheur de leurs souffrances. Des pierres. Des pierres brûlées. Des pierres éclatées. Des chevelures anonymes que les femmes de Hiroshima retrouvaient tout entières tombées le matin, au réveil. » Elle in Hiroshima, mon amour

Voir la fiche du spectacle

Création 2009 – 2012

Création 2008

La vénus à la fourrure

D’après Léopold von Sacher-Masoch
Texte français Aude Willm

« Je veux être maltraité et trahi par la femme que j’aime. Plus elle sera cruelle, mieux cela vaudra. C’est aussi une jouissance. » L.VON SACHER-MASOCH

Voir la fiche du spectacle

La philosophe dans le boudoir

du Marquis de Sade

« L’imagination ne nous sert que quand notre esprit est absolument dégagé de préjugés : un seul suffit à le refroidir. Ce qu’il y a de plus sale, de plus infâme et de plus défendu est ce qui irrite le mieux la tête… C’est toujours ce qui nous fait le plus délicieusement décharger. » D.A.F SADE

Voir la fiche du spectacle

Création 2007 – 2008

Création 2004 – 2006

Pasteur Ephraïm Magnus I & II

de Hans Henny Jahnn
Traduction Huguette et René Radrizzani

« La voie de toutes les connaissances ne s’ouvre que devant ce qui, pour leur âme, sont prêts à toutes les violences » Ephraïm in Ephraïm Pasteur Magnus

Voir la fiche du spectacle

Houellebecq ou la douleur du monde

de Michel Houellebecq

« Augmenter les désirs jusqu’à l’insoutenable tout en rendant leur réalisation de plus en plus inaccessible, tel est le principe unique sur lequel repose la société occidentale ». Michel Houellebecq

Voir la fiche du spectacle

Création 2005 – 2006

Création 2001

Médée

de Hans Henny Jahnn
Traduction Huguette et René Radrizzani

« Médée est l’une des plus fortes transpositions d’un sujet classique au XXème siécle. Jahnn, se sentant lui-même femme, marginal, barbare, a pu réinventer le mythe de l’intérieur, y mettre tout ce qui le préoccupait au point qu’il aurait pu dire : Médée, c’est moi ! » Huguette et René Radrizzani

Voir la fiche du spectacle